L’Alzheimer

J’ai publié sans honte, être atteinte de la maladie d’Alzheimer. Pas facile d’apprendre que cela nous arrive à nous. On pense toujours que ces choses n’arrivent qu’aux autres.

Si j’écris un article aujourd’hui là-dessus, c’est pour la raison suivante. Il faut éviter de se fermer les yeux.

Trop souvent quand cette maladie montre le bout de son nez, on a tendance à se fermer les yeux. Puis, il y a tout ce monde autour qui ne demande qu’à nous persuader, que ce n’est pas l’Alzheimer, que cela leur arrive à eux aussi d’oublier des choses, que c’est normal en vieillissant. Devant ces commentaires, on se dit que c’est vrai, que ce n’est sans doute pas ça, puis on laisse aller. Ce n’est que le jour où un des enfants ou un membre de la famille proche remarque un changement drastique dans la façon d’agir de papa ou de maman, qu’il se dit : ben voyons donc, ma mère ou mon père, en perd dont beaucoup, il faudrait peut-être en parler au médecin.

Malheureusement, c’est souvent trop tard, il y a probablement longtemps que cela s’est installé et a été négligé. Le retour en arrière n’existe pas.

Je fais partie des personnes qui n’ont pas fermé les yeux. N’oubliez jamais que la personne elle-même est celle qui se connait le mieux. Cela a été mon cas, alors que tous autour de moi niaient l’évidence, moi qui me connaissais mieux que personne, je me suis dit « non, ce n’est pas normal, ce n’est pas moi, il y a un problème quelque part ». Quand j’ai rencontré mon médecin que je connais depuis plusieurs décennies, il m’a dit : non, vous ne faites pas d’Alzheimer madame Martineau, ce ne sont que de petits oublis, le petit test de 2 minutes n’avait pas donné d’indice dans ce sens. Je lui ai demandé, y a-t-il un test à passer afin d’en avoir le cœur net ? Et pas le petit test de 2 minutes que nous venons de faire ? Oui, me répond-il ! Mais c’est un test de 3 heures, que vous devrez aller passer dans une clinique de la mémoire. Parfait que je lui dis, je veux prendre un rendez-vous.

J’ai passé le test et il y a eu un diagnostic de posé, je suis effectivement atteinte de la maladie d’Alzheimer. Pas facile à apprendre, mais l’important pour moi, c’était que le diagnostic soit clair et d’être médicamentée rapidement avant que la maladie ne progresse trop. Je suis du genre vaut mieux prévenir que guérir, si j’ai arrêté de fumer il y a 30 ans, c’est parce que je me suis dit, s’il y a une chose que je ne veux pas dans la vie, c’est d’avoir à dire « j’aurais donc dû, pendant qu’il était encore temps ». Pour la cigarette cela a fonctionné, j’ai cessé de fumer. Je traverse présentement un troisième cancer, mais aucun n’est relié aux poumons.

Pendant la dernière année, j’ai eu à faire l’essai de différents médicaments pour l’Alzheimer avant de trouver celui qui me convenait, mais aujourd’hui j’ai la bonne médication et je ressens une amélioration. Cela ne fera jamais de moi une personne qui n’a plus l’Alzheimer, cela est impossible, mais cela retardera la progression rapide, et c’est ce que je veux pour moi-même.

Quelqu’un m’a dit récemment, tu es encore jeune, les personnes atteintes de l’Alzheimer ont toutes en majorité entre 80 et 90 ans. Tu es chanceuse, il est étonnant que tu aies pu être traitée aussi rapidement. Ce n’est pas de la chance, lui ai-je répondu, ces personnes toutes comme moi, ont dû elles aussi avoir différents symptômes plus jeunes, mais elles ont fermé les yeux en pensant que cela arrivait à tout le monde. Et puis quand l’évidence est là, on ne peut pas revenir dix ans plus tôt.

Alors mon message est le suivant, vous êtes la personne qui vous connaissez le mieux, n’hésitez pas à consulter et insister s’il le faut. Plus on sera pris en charge rapidement, plus on repousse la progression de la maladie.

Aujourd’hui, bien médicamentée je suis à l’écriture d’un troisième tome du roman D’Une Vie à l’Autre, dont le premier tome vient d’être publié, cela m’oblige à tenir mon cerveau en alerte, et je n’ai aucune honte à avouer publiquement que je suis atteinte de la maladie d’Alzheimer. Il demeure que je suis une femme comme les autres et que je profite au maximum de la vie et du temps qu’il me reste, parce que j’ai su ne pas fermer les yeux, moi qui me connais si bien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s