« Le nouvel ennemi »

Bien sûr, je viens vous parler de nourriture. S’il y a cent ans l’on mourait de tuberculose, de dysenterie et de la petite vérole, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Tant mieux, les recherches et la science ont permis que ces maladies mortelles soient chose du passé. Les chercheurs ont trouvé comment enrayer ces maladies et nous ont expliqué ce que nous devions faire pour y parvenir. Et nous l’avons fait Dieu merci.

Pourtant un nouvel ennemi est apparu qui a lui tout seul, cause les maladies modernes et tue plus que jamais. De nos jours, nous mourrons de cancer, de crise cardiaque, nous développons toutes sortes de maladies dégénératives telles l’Alzheimer et autres, une grande partie de la société est atteinte de diabète de type ll et nous supplions les chercheurs de trouver le moyen de combattre ce nouvel ennemi. Encore plus si un membre de notre famille en est atteint.

Depuis quelques années, on entend régulièrement parler de « manger sainement ». On en parle dans les journaux, à la télévision, mais combien d’entre nous ont compris ce que cela signifie? Pas beaucoup si je me fie aux commentaires de ma clientèle. Pourquoi croyez-vous qu’on en parle tant dans tous les médias d’information? Parce que c’est le nouveau sujet à la mode? Non. C’est parce que la nourriture tue. C’est aussi grave que cela.

Quelle nourriture tue? Et bien, croyez-le ou non, c’est celle que nous nous plaisons à manger régulièrement chez nous, composée de gras et de sucre raffiné. L’après-midi, il m’arrive fréquemment de passer devant les restos-café (nous ne les nommerons pas). Ces endroits sont pleins à craquer, et sur les tables on ne retrouve pas que le café, on y voit les beignes, les brioches, les muffins jumbos, etc., c’est ce genre de nourriture entre autres qui tue.

Les desserts achetés dans les grandes chaînes alimentaires en font aussi partie. Les tartes, au sucre, aux pacanes, aux fraises..(mais oui, les fraises sont bonnes pour la santé, mais pas dans les tartes, car elles sont pleines de sucre raffiné) les gâteaux de toutes sortes.

Et que devons-nous penser du comptoir de restauration rapide? Le poulet? Mais oui, c’est bon le poulet, mais pas enrober de tellement de panure, qu’il y a plus de panure que de poulet, et celle-ci est imbibé de gras, et ceci avec sauce et frites s’il vous plaît.

Ce genre d’aliments fait partie du quotidien de beaucoup de personnes dans notre société. On a beau le dire, en parler, la majorité des obèses pensent encore à rayer de leur alimentation, tartes, gâteaux, pâtisseries, sucre et gras pour quelque temps. En fait, le temps de perdre quelques livres et n’ont qu’une hâte, celle de pouvoir reprendre leur alimentation normale, comme le reste de la famille.

Si vous faites partie des obèses qui ont décidé de s’accepter comme elles le sont, et bien, je vous le dis, VOUS ÊTES EN TRAIN DE VOUS TUER, et si c’est vous qui faites la cuisine pour les autres membres de votre famille et qu’ils mangent comme vous,  VOUS ÊTES AUSSI EN TRAIN DE LES TUER. Et vous dites les aimer?

Maintenant, oublier les régimes et les diètes. C’est toute l’alimentation, la vôtre et celle de votre famille qu’il faut revoir. L’obésité n’est pas qu’un phénomène social, les obèses sont plus a risque que les autres de mourir des ces maladies c’est certain, mais qu’est-ce qui cause l’obésité? C’est la nourriture.

J’ai lu récemment un texte, je ne me rappelle plus exactement où, et je ne saurais vous le répéter mot à mot, mais je vous le dirai en gros.

Il s’agissait d’un endroit (une côte, dit-on) où il y avait beaucoup d’accidents. Les habitants de l’endroit décidèrent de faire quelque chose, les uns parlèrent de mettre une clôture, les autres parlèrent de mettre en permanence une ambulance en bas de la côte afin que les accidentés soient secourus rapidement. Après plusieurs conciliabules il fut décidé que l’on mettrait une ambulance en permanence. Cela ne régla rien malheureusement, il y eut tout autant d’accidents, même plus je dirais. Est-ce que le fait de savoir qu’ils seraient secourus rapidement incitait les gens à l’imprudence? Peut-être.

Le temps passa et les enfants de ceux qui étaient morts à cet endroit décidèrent que l’ambulance n’était aucunement une bonne idée, il fut décidé que l’on mettrait une clôture. L’un d’entre eux suggéra de mettre une grosse pancarte avertissant les gens du danger potentiel à cet endroit. Ainsi, dit-on, non seulement avec l’ambulance secourrons-nous les accidentés, mais nous éviterons certainement à d’autres de devenir des accidentés ou des morts. Cette alternative fut applaudie de tous. Enfin quelqu’un d’intelligent dit-on. Les accidents à cet endroit ne cessèrent pas complètement, mais on nota une diminution marquée de personne qui y perdit la vie.

La morale de cette histoire vous parait-elle évidente? Je suis la pancarte qui vous avise ainsi que les vôtres que la pente est dangereuse. L’idée de la pancarte n’est pas seulement de prévenir ceux qui ont déjà eu un des accidents à cet endroit (car eux savent que cet endroit est dangereux), mais aussi d’avertir tous les autres qui ne sont pas conscients du danger que s’ils ne sont pas prudents ils pourraient y laisser eux aussi la vie.

Combien allons-nous enterrer de morts, combien de parents allons-nous pleurer avant de comprendre que si nous n’agissons pas aujourd’hui, demain nos enfants pleureront sur nous.

Ginny Martineau

Consultante Gestion Santé Bien-être

Hypnopraticienne et conférencière

514-983-8324

gestionsantebienetre.com

Hypno-Web

Facebook